Les signes qui marquent la violence financière


La violence financière ou violence économique est présente au travail mais elle est plus fréquente dans un foyer. Considérée comme déshonorant, la violence financière est souvent ignorée par les autres et dissimulée par la victime.

La violence financière vise à limiter l’autonomie financière de la victime. Comme les autres violences, la violence financière permet à l’agresseur de croire qu’il est puissant et d’avoir le contrôle  sur sa victime. Elle se manifeste de plusieurs façons. Dans un couple, l’agresseur peut faire tout pour que son partenaire lui demande de l’argent pour ses besoins. Il contrôle aussi les dépenses jusqu’au moindre centime et commande ce qui doit être acheté, vendu ou dépensé. Il ne participe pas aux dépenses familiales en fonction de ses ressources et manipule le budget de manière à ce que l’autre ne connaisse pas l’avoir réel de la famille. L’agresseur s’approprie sans gène de l’argent de l’autre et s’autorise même à utiliser sa carte de crédit sans permission. Croyant que son partenaire pourrait lui dominer, l’agresseur s’arrange pour que sa victime quitte et perd son emploi.

Une personne qui se sert de la violence financière croit qu’elle est la meilleure et que personne ne doit être opulente qu’elle. Non seulement, elle essaie de dominer son conjoint mais fait tout pour que les autres le louent et lui fasse des éloges sur ses réussites économiques. Calculatrice, elle a également peur d’être dupée tout le temps et aime contrôler les factures. Mais pour remettre ces personnes à leur place, plus précisément pour qu’elles ne puissent pas vous sous estimer, l’indépendance financière est indispensable. L’agresseur doit être rassuré et aimé pour qu’il cesse de penser que les autres veulent profiter de lui.

Un tel agresseur est libéré de sa blessure s’il ne contrôle plus les revenus et dépenses des autres tout en ayant le courage de participer aux dépenses du ménage en fonction de ses ressources.

Commentaires

N'hésitez pas à partager vos idées avec nous dans les commentaires